Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Informations, actualités

Vendée (85). Visages d’Afrique dans les paroisses

mercredi 4 octobre 2017

L’heure de la rentrée a sonné dans les paroisses vendéennes et, pour certaines, c’est le moment d’accueillir des nouveaux pasteurs, notamment des prêtres venus d’Afrique. Le diocèse de Luçon (Vendée) compte maintenant treize prêtres africains. Avec enthousiasme, ils participent à la vie ecclésiale et partagent leur espérance pour l’Église de Vendée.


D’après Catholiques en Vendée - N° 158 - octobre 2017




L’église de La Gaubretière, en Vendée




Depuis plusieurs années maintenant, le diocèse de Luçon accueille des prêtres venus du continent africain. En effet, comme les y invite l’encyclique du pape Pie XII, du 21 avril 1957, Fidei Donum, les évêques sont appelés à porter « le souci de la mission universelle de l’Église », non seulement par la prière et l’entraide, mais aussi en mettant certains de leurs prêtres et fidèles à la disposition de diocèses d’autres continents. Les prêtres envoyés restent attachés à leur diocèse d’origine et y reviennent après plusieurs années passées en mission. Ils sont ainsi appelés des prêtres Fidei Donum.
Le diocèse de Luçon compte désormais treize prêtres africains, venus de différents pays : Bénin, Ghana ou encore Rwanda. Ils exercent leur ministère dans les paroisses de Fontenay-le-Comte, Luçon, Challans, La Chaize-le-Vicomte, La Gaubretière ou encore Les Herbiers, notamment.

C’est le cas de l’abbé Valery Wilson (ci-contre), originaire du Bénin, ordonné prêtre pour le diocèse de Luçon il y a plus d’un an. Il est désormais prêtre coopérateur dans la paroisse Saints Pierre-et-Paul des Herbiers. « Je me réjouis de voir la vitalité et le dynamisme de la communauté paroissiale ! De très nombreux chrétiens sont engagés au service de la paroisse et y prennent une part active », explique-t-il. Le jeune prêtre salue aussi l’attention bienveillante de l’abbé Carl Bassompierre, curé de la paroisse, à son égard. « C’est un Père très sympathique. Nous prions ensemble tous les matins et partageons les temps des repas.  »

L’abbé Wilson est l’aumônier du lycée Jean-XXIII. Il se rend fréquemment au sein de l’établissement, comme en début d’année, où il a rencontré les professeurs et a fini la rencontre par un temps de prière. Cette présence auprès des enseignants est pour lui très importante : « Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne  », souligne-t-il, en citant Victor Hugo ! « Les jeunes lycéens posent des questions sur la foi, ils ne sont pas indifférents. Il faut donc leur donner des occasions de faire la rencontre du Christ ! C’est pourquoi nous lançons cette année un parcours Alpha au sein du lycée. » Une marche proposée aux jeunes qui ont fait leur profession de foi et leur confirmation sera aussi proposée une fois par trimestre. Et le jeune prêtre ne manque pas d’enthousiasme pour réaliser encore de nombreux projets...
Cet enthousiasme, on le retrouve aussi chez l’abbé Verkys Nonvignon, prêtre béninois. Nommé cet été curé pour les paroisses du Bon-Pasteur en pays yonnais et Sainte-Catherine-sur-Yon, il réside maintenant à Mouilleron-le-Captif. Il raconte son envoi en mission par son évêque il y a deux ans. « Il m’a demandé si j’acceptais de quitter ma charge de curé pour partir en mission... en France ! Mon oui a été "Oui, immédiatement ! " Je l’ai vraiment ressenti comme un appel de Dieu  », se souvient l’abbé Nonvignon, ajoutant : « Le prêtre doit se sentir partout chez lui !  » À son arrivée dans la paroisse, il accorde une grande importance au dialogue avec ses fidèles. « Avec douceur et patience, nous devons garder notre objectif qui est de permettre à chacun de rencontrer le Christ.  » Lui aussi, conscient de la crise spirituelle que traverse la France, se réjouit de voir des signes d’espérance pour l’Église en Vendée, notamment auprès des jeunes familles. « Les jeunes ont une grande soif de Dieu et de vivre l’Évangile au quotidien. C’est une joie de voir que chacun d’eux s’attache au Christ pour ainsi raviver toujours plus la foi de son baptême.  » Cette année, le curé a choisi d’approfondir le thème de « la sacramentalité du frère ». Il précise : «  Notre fraternité n’aura de racines profondes que si elle se reconnaît d’une même paternité. On ne peut pas vivre en opposition au sein de l’Église. La joie de Dieu, c’est de nous voir unis !  », conclut l’abbé béninois.

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0