Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Informations, actualités

UNESCO : le Saint-Siège réaffirme l’importance de l’alphabétisation

mercredi 8 novembre 2017

Mgr Follo intervient à la 39e Conférence générale

D’après un article de Zenit, 6 novembre 2017.

Le Saint-Siège réaffirme l’importance de l’alphabétisation qui « a pour premier but de permettre à des millions d’hommes de communiquer aisément entre eux, d’avoir une vie sociale et économique plus facile », déclare Mgr Follo (photo ci-contre).
Mgr Francesco Follo, observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO, est intervenu ce lundi 6 novembre 2017 à la 39e session de la Conférence générale de l’UNESCO à Paris. Il a proposé trois thèmes pour la discussion au débat politique : le développement personnel à partir de l’alphabétisation, de l’éducation, de la culture et de la foi comme réponse positive au terrorisme ainsi que le patrimoine culturel mondial et l’éducation.

L’alphabétisation, toujours d’actualité
Mgr Follo a rappelé le message adressé à l’UNESCO, il y a 50 ans, en août 1967 par le bienheureux pape Paul VI, à l’occasion de la Journée mondiale de l’alphabétisation. « Ce message, a-t-il souligné, demeure totalement actuel, et nous vivons dans un monde où ce qui nous est le plus banal, lire et écrire, est pour un très grand nombre un luxe. Il ne faut pas que cette situation perdure », a déclaré Mgr Follo.
«  En tant qu’institution internationale, a dit l’observateur permanent du Saint-Siège, mais aussi à titre de personnes individuelles, l’UNESCO a vocation à donner et à transmettre. Ce que nous avons à donner et à transmettre, insistons, n’est pas un surplus, mais un dû. Tous ont droit au savoir, sans quoi l’expérience humaine demeurerait pauvre.  »
Le Saint-Siège, a souligné Mgr Follo, « est particulièrement heureux du désir de l’UNESCO de vouloir mettre en œuvre l’Objectif du développement durable #4 au niveau de la qualité de l’éducation » ainsi que « l’ensemble » des programmes qui contribueront «  à l’élimination de la pauvreté et à la réduction des inégalités ».
L’observateur permanent a rappelé que le « développement » ne signifie pas uniquement « le développement économique », mais « appelle nécessairement une autre croissance, qui est celle de l’homme en son entier ». « Si un développement économique ne s’accompagne pas d’un enrichissement culturel, a-t-il dit, il y a du possible qui ne se réalisera pas, un potentiel qui sera perdu : l’homme qui bénéficierait d’un développement uniquement matériel acquerrait sans doute une aisance économique, mais il demeurerait un pauvre, parce que le meilleur de notre patrimoine – notre patrimoine culturel – ne lui serait pas transmis. Le vrai développement est "personnel" ».

En Afrique, l’alphabétisation est essentielle
pour que tous aient accès aux mêmes droits.



Les migrations, pour la paix et le pain
Mgr Follo a soulevé aussi le thème de la migration, en soulignant que les «  populations migrantes ne sont pas à la recherche d’expériences culturelles : elles demandent la paix et du pain ». Mais, toute aide « humanitaire », a-t-il poursuivi, « s’effectue à court terme ». Et « pour celui qui est coupé de sa patrie, et l’est souvent de manière définitive, c’est une maison nouvelle dans laquelle nous devons être capables de l’accueillir ».
« Nous ne serons pleinement hospitaliers, a-t-il souligné, qu’en offrant à l’émigré les moyens de devenir notre concitoyen, en sachant bien que s’il ne le devient pas, il y aura toujours échec et souvent drame.  »
Mgr Follo a mis en évidence un lien profond entre le patrimoine et l’éducation. « Nous sommes, a-t-il dit, héritiers de trésors culturels, matériels ou immatériels, que nous avons à préserver. […] Ils sont à transmettre à nos enfants. C’est des générations à venir que ces trésors attendent d’être connus.  »

Les migrants ne le sont pas tous pour des raisons de persécution ou de guerre :
il y a aussi des migrants économiques, sans doute plus nombreux que les premiers.
Mais qui pourrait reprocher à des hommes et à des femmes
de rechercher une meilleure vie pour eux et pour leurs proches ?

La mission des traditions spirituelles
Il faut faire de la sorte, a souligné Mgr Follo, « que tout émigré arrivé chez nous, en plus de trouver du pain et la paix, y trouve une nourriture intellectuelle et spirituelle préparée par d’autres que lui, mais préparée aussi pour lui ». Parmi les valeurs à transmettre, il a noté « l’héritage » du continent européen, le « message de l’amour du prochain, du pardon des ennemis, de l’égalité de tous devant l’Absolu, qui relève en propre de l’éthique chrétienne ».
Il a dit que « les traditions spirituelles, ou religieuses » « ont une mission à remplir ». « Elles doivent se savoir au service de tout homme : celui qui se présente comme étranger à telle ou telle tradition […] a droit à une bienveillance et une sollicitude sans restriction de la part de ceux qui appartiennent à ces traditions. ».
Il a rappelé les paroles du pape Paul VI qui disait de l’Église catholique qu’elle est « experte en humanité ». « Le christianisme n’est pas bien sûr seul à posséder une telle compétence, a-t-il noté. À toutes les traditions spirituelles, donc, de puiser dans ce qu’elles ont de meilleur pour collaborer à cette culture de paix sans laquelle l’homme ne peut parvenir, dans l’histoire, à sa pleine stature intellectuelle, morale et, donc, spirituelle. »
Mgr Follo a terminé son discours en citant les paroles du pape François expliquant le « concept de personne – né et mûri dans le christianisme ». « La “personne”, a souligné le pape le 4 avril 2017, dit toujours relation et non pas individualisme, affermie inclusion et non pas exclusion, dignité unique et inviolable et non pas exploitation, liberté et non pas contrainte. L’Église ne cesse pas d’offrir cette sagesse et cette expertise au monde, en étant consciente que le développement intégral est le chemin du bien que la famille humaine est appelée à parcourir.  »

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0