Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Informations, actualités

Sierra Leone. Les évêques pour une action citoyenne pacifique en vue des élections de 2018

mercredi 13 septembre 2017

Freetown, Sierra Leone. Les évêques catholiques ont appelé les citoyens à s’abstenir d’actions visant à déstabiliser le pays et à se réunir avant les élections de l’année prochaine dans le même esprit qui a permis de mettre fin à la guerre civile dans le pays et à surmonter l’épidémie d’Ebola.


Des amputés de la guerre civile de Sierra Leone
jouent au football à Freetown,
capitale de la Sierra Leone

Les élections, prévues pour le 7 mars 2018, sont considérées comme essentielles pour maintenir la paix fragile qui existe depuis la guerre civile de 11 ans qui s’est terminée en 2002.
« Nous appelons tous les Sierra-Léonais à travailler pour le bien commun. Nous devons assumer la responsabilité de notre propre développement et ne pas attendre que d’autres le fassent », a déclaré la Conférence épiscopale dans une lettre pastorale publiée à la mi-juillet 2017.
« Nous appelons tous les Sierra-Léonais, en particulier ceux qui ont l’âge de voter, à rejeter fermement tous les actes de violence, les provocations inutiles, toutes les formes de fraude qui faussent les résultats et tout ce qui conduit à la déstabilisation et au désordre », ont écrit les évêques.
La Conférence épiscopale a également appelé les gens à rester unis et dévoués à lutter contre la pauvreté, l’analphabétisme, l’insécurité alimentaire et la corruption.

L’épidémie d’Ebola qui a touché la Sierra Leone, a fait près de 4 000 morts. L’OMS a déclaré la fin de l’épidémie le 7 novembre 2015.

La Sierra Leone, qui est devenue indépendante de la Grande-Bretagne en 1961, a été dévastée par une guerre civile de 1991-2002, menée en grande partie pour ses diamants et ses autres minéraux. Le pays a également connu une grave crise sanitaire due au virus d’Ebola, qui a été déclarée éradiquée par l’Organisation mondiale de la Santé en mars 2016.

Le président de la Sierra Leone, en visite dans les quartiers dévastés de Freetown par les inondations en août 2017.

Le président Ernest Bai Koroma, dont le dernier mandat se termine en novembre, a favorisé l’investissement étranger et la croissance économique depuis sa première élection en 2007, bien que la Sierra Leone soit toujours confrontée à une pauvreté généralisée et à une espérance de vie de moins de 50 ans.
Les évêques ont déclaré qu’ils étaient « sincèrement reconnaissants » au président pour la promotion de la « paix et de la stabilité » et priaient pour que la foi chrétienne aide les gens à surmonter « la cupidité, la corruption, la décadence morale, l’indifférence envers le bien commun ».
Ils ont également appelé les prêtres, les religieux et les laïcs à promouvoir un esprit d’unité, de réconciliation, de tolérance et de paix.

S’ils sont trop jeunes pour avoir connu la guerre civile,
les enfants de Freetown, comme de l’ensemble de la Sierra Leone,
rêvent tous d’un avenir meilleur.

D’après Catholic News Service, 20 juillet 2017

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0