Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Informations, actualités

NIGERIA. Les évêques demandent au président Buhari d’accomplir ses promesses électorales

mercredi 4 octobre 2017

La Conférence épiscopale du Nigeria (RCCS) a appelé le Président Muhammadu Buhari à s’acquitter des promesses électorales qu’il a faites lors de son inauguration en tant que président en 2015.


D’après Catholic Information Service for Africa, 22 septembre 2017

Dans un communiqué signé par Mgr Ignace Kaigama, archevêque de Jos et président du RCCS, et publié après la fin de leur deuxième réunion plénière de l’année, les évêques ont soutenu que le président Buhari n’avait pas réussi à tenir ses promesses, deux ans après avoir assumé le poste.
Les évêques ont déclaré : « Dans son discours inaugural en tant que président civil du Nigeria le 29 mai 2015, le président a envoyé un message d’espoir dans son engagement envers l’intégration et la cohésion nationales.
Après plus de deux années, la réalité sur le terrain et le verdict de la plupart de nos gens à travers le pays — indépendamment de l’appartenance religieuse, du groupe ethnique ou du statut social — indiquent le contraire.
 »
Les évêques ont noté que le gouvernement n’avait pas abordé la situation réelle dans le pays et a ainsi préparé un terrain propice pour des réactions violentes, des protestations et des agitations, qui exploitent les griefs de différents segments du pays.

Le président du Nigeria salue les évêques lors de leur réunion plénière.


Selon les prélats, l’incapacité du gouvernement fédéral du président Buhari à traiter les griefs entre différents secteurs du pays a encore entraîné une tension croissante dans le pays.
« Nous appelons le gouvernement à tous les niveaux à résoudre de façon urgente ces anomalies, à supprimer tout ce qui est marqué par l’injustice et à donner à chacun et à chaque région de notre pays un sentiment d’appartenance  », ont souligné les évêques.
Les évêques ont mis en garde le gouvernement contre le déploiement de militaires dans la partie sud-est du pays, en décrivant qu’ils étaient capables de « déclencher un feu qui pourrait devenir un incendie incontrôlable  ».
Tout en demandant aux citoyens et aux groupes lésés de maintenir l’ordre public, les évêques ont déclaré que le gouvernement devait assumer ses responsabilités envers les citoyens afin que le développement se produise dans le pays.
Cependant, la Conférence épiscopale a félicité le gouvernement fédéral pour les succès enregistrés dans la lutte contre le terrorisme au Nord-Est et la libération de certaines écolières enlevées de Chibok, État de Borno.

Les motifs d’insatisfaction — et donc de colère — s’accumulent au Nigeria :
lutte contre la corruption des élites,
coupes de l’État dans les aides aux populations,
mauvaise répartition des richesses du pays,
Violences dans le Nord du pays, exacerbées par l’enlèvement de centaines de jeunes filles.

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0