Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Informations, actualités

Message d’encouragement du cardinal Tauran aux évêques d’Afrique centrale

mercredi 2 août 2017

Le 8 juillet 2017, le cardinal Jean-Louis Tauran a adressé un message d’encouragement aux évêques réunis à Yaoundé (Cameroun) pour la XIe Assemblée plénière de l’association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC). Précisant combien « L’Afrique [...] n’est pas épargnée par les problèmes que pose au niveau global la montée des extrémismes violents », il en appelle à la responsabilité des chrétiens « pour maintenir l’espoir chez tous vos concitoyens [...] pour regarder l’avenir avec confiance  ». Le cardinal invite les évêques et leurs communautés «  à poursuivre votre courageux combat pour le développement intégral de la personne humaine, pour la promotion de la justice et de la paix entre toutes les composantes des nations » et prône l’indispensable « dialogue œcuménique, interreligieux et interculturel ». Il est temps de « passer d’une culture du rejet à une culture de la rencontre et de l’accueil, d’une culture du soupçon à une culture de la confiance ».
Urbi&Orbi Africa, La Croix, 12 juillet 2017

L’ACERAC
est l’Association des Conférences épiscopales de la Région de l’Afrique centrale :
Centrafrique, Congo, Gabon, Tchad, Cameroun et Guinée équatorial.

Chers Frères dans l’épiscopat,

Au moment où vous allez commencer votre XIe Assemblée plénière, il m’est agréable de vous adresser ce message pour vous encourager à progresser dans la recherche d’un dialogue sincère et fructueux au niveau œcuménique, interreligieux et interculturel, pour le bien de vos populations et de vos Églises.

Le thème que vous, évêques de l’Association des Conférences épiscopales de la région de l’Afrique Centrale (ACERAC), allez aborder pendant les prochains jours, demande d’être pris sérieusement en considération. L’Afrique, en effet, n’est pas épargnée par les problèmes que pose au niveau global la montée des extrémismes violents, à l’instar de la secte de Boko Haram qui continue de faire des victimes, notamment au Tchad et dans le Nord Cameroun, là où vit une population à grande majorité musulmane et qui d’ailleurs n’est pas épargnée par les attaques. L’instabilité politique de la Centrafrique affecte aussi au niveau économique la vie de vos communautés. Au Gabon et au Congo Brazzaville, il est urgent d’améliorer les rapports entre les membres de l’Église catholique et des autres confessions chrétiennes. De même, partout dans vos pays s’impose le dialogue avec les adeptes de la religion traditionnelle africaine.

Suite aux nombreux conflits en Afrique et, entre autre, en Afrique centrale,
les gens n’ont d’autres ressources que de fuir les zones de combats...
pour se retrouver dans des camps où ils tentent de survivre...


Dans la situation difficile et complexe que connaissent vos pays, les chrétiens ont une responsabilité particulière pour maintenir l’espoir chez tous vos concitoyens et les aider dans leur recherche de raisons de vivre authentiques et crédibles, afin qu’ils puissent regarder l’avenir avec confiance. Il est de notre devoir de rappeler à temps et à contretemps les valeurs fondamentales liées à la dignité de toute personne humaine et de proclamer inlassablement la volonté de Dieu de faire que tous les hommes constituent une seule famille et se traitent mutuellement comme des frères. « 
Parce qu’il a cette dignité humaine incomparable, l’homme ne peut vivre dans des conditions de vie sociale, économique, culturelle et politique infra-humaines » (Ecclesia in Africa, n. 69)1. Aussi, je vous invite, ainsi que vos communautés, à poursuivre votre courageux combat pour le développement intégral de la personne humaine, pour la promotion de la justice et de la paix entre toutes les composantes des nations, que vous représentez. Pour ce faire, le dialogue œcuménique, interreligieux et interculturel est devenu désormais un outil indispensable.

Toute personne humaine appartient à la même humanité et partage avec la famille des peuples l’espérance d’un avenir meilleur. Vivre l’unité dans le respect des différences, l’accueil et l’hospitalité, favoriser ensemble un partage équitable des biens de la terre, œuvrer en commun à la sauvegarde de notre maison commune et à la promotion de la dignité et de la centralité de tout être humain, sont autant d’objectifs à ne jamais perdre de vue. Il faut pour cela passer d’une culture du rejet à une culture de la rencontre et de l’accueil, d’une culture du soupçon à une culture de la confiance. C’est ce que nous rappelle si souvent le pape François.

Travailler ensemble pour un monde meilleur suppose que les catholiques joignent leurs efforts à ceux des autres chrétiens et de tous les hommes et les femmes de bonne volonté, en dépassant, dans un esprit de disponibilité et de confiance, les barrières des préjugés et la peur des différences. Ce témoignage d’unité sera sans nul doute un encouragement pour vos gouvernants à affronter les déséquilibres socio-économiques et à créer des conditions de vie meilleures et des emplois dans les économies locales, dans un environnement stable qui soit, pour chacun et pour les collectivités, un puissant facteur de paix.

Femmes et hommes, en Afrique, ont soif de paix et de justice.


Rien de cela ne sera possible sans une formation adéquate des personnes et des communautés. C’est pourquoi je me réjouis du choix du thème du dialogue, que vous, évêques de l’ACERAC, avez adopté pour votre programme de travail : cet investissement contribuera sans aucun doute à une meilleure entente en vue de la construction d’une société plus juste, d’une démocratie plus crédible, d’un monde plus fraternel et d’une communauté chrétienne toujours plus accueillante, selon le mandat missionnaire de l’Évangile. À vous tous, chers évêques de l’ACERAC et à ceux qui partagent vos efforts de progrès et de paix, je souhaite bon travail en vous assurant de ma prière pour la bonne réussite de votre XIe Assemblée.


Du Vatican, le 8 juillet 2017
Jean-Louis Card. Tauran

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0