Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Votre soutien porte des fruits

Le MEJ m’a rendu la vie !

mercredi 17 janvier 2018

L’association Aide aux Églises d’Afrique soutient de nombreux projets en Afrique. Principalement ceux qui sont d’ordre pastoral. "Pour quel résultat ?" penserez-vous...
Il y a quelques mois, une religieuse a demandé un soutien pour organiser une formation de jeunes et d’animateurs pour le groupe MEJ qu’elle dirige. La formation achevée, elle a envoyé un comte-rendu, dont le témoignage qui suit...
Lisez-le ! Tout simplement ! Ça vaut le coup de continuer à soutenir de telles initiatives ! Non ?

Salut à tous !
Je suis Laurence N. L... , Mejiste depuis 2013. Aujourd’hui j’ai l’honneur d’être à la tête de ce merveilleux mouvement dans [mon] diocèse, où j’ai fait la rencontre du Mouvement Eucharistique des Jeunes.
Le MEJ est un cadeau précieux que le Seigneur m’a donné à un moment de ma vie où je n’avais plus confiance en personne même pas en moi-même. Abusée sexuellement à maintes reprises, j’étais désespérée. La vie me semblait bizarre : elle n’avait aucun sens.
Je faisais des choses par conformisme, pour plaire à mes parents et à tous ceux pour qui je comptais. Je venais d’être séparée de ma mère puis abandonné dans un village. C’est ce que je pensais. Ma vie était sur le point de prendre une tournée autre que celle d’un enfant de Dieu. À ce moment, je traversais l’âge de la puberté. J’avais un cœur plein de remord et de haine car j’enviais la vie des autres enfants de mon âge. J’étais triste. Ils me semblaient tous normaux, mais moi pas.
J’intègre le MEJ par contrainte car, à l’époque, j’étais catéchumène et la paroisse exigeait qu’on intègre un mouvement de jeunes. Aussi, par simple curiosité au début, je n’étais pas très engagée... Je me disais :
"tout ça c’est du folklore", l’Église même, en général, car je voyais des servants de messe qui faisaient des choses incroyables et, le dimanche, je pouvais les voir près du prêtre comme des saints. Je me disais : "De qui se moque-t-on ? Mieux [vaut] rester et prier ton Dieu à la maison !" En plus de cela j’étais dans une classe d’examen.
Mais curieusement, au fil du temps, le fait d’aller aux réunions MEJ me soulageait. j’étais emportée par leur animation, [par] leur façon de faire, par leur accueil. Le fait qu’on accordait de l’attention à tout le monde me touchait énormément. Mais il arrivait parfois qu’on ne savait [pas] quoi faire dans nos réunions, du fait que personne d’entre nous n’était assez formé.
[Nous avons été invités à] participer à une récollection. Lors de la "correction fraternelle", un Méjiste, que je connaissais à peine, Momo, m’a révélé quelque chose qui m’a marquée et qui me marquera toute ma vie. C’était comme si le Seigneur me parlait à travers lui. C’est à partir de ce jour que je me suis engagée à suivre le Christ, à surmonter mes peurs et à m’accepter telle que je suis. Le MEJ m’a permis, à travers les différentes expériences spirituelles, de rencontrer un Ami, un véritable Ami. Celui à qui je pouvais tout raconter, celui qui me comprenait mieux que personne. Celui devant qui je pleurais nuits et jours. Il m’a appris à me confier aux autres et à leur faire confiance car le Christ me parlait à travers eux. J’ai appris dans mon équipe à écouter, à m’exprimer, à choisir et à agir avec les autres. Je me suis tissée des liens d’amitié forts avec le Christ et avec mes prochains. J’ai découvert les merveilles du Christ. Il m’a pardonné des choses horribles que j’ai faites dans ma vie.
C’est dans ce mouvement que j’ai su que j’avais beaucoup d’amour à donner aux autres. Il m’a appris à me donner gratuitement aux autres, à être toujours joviale et pleine de vie, prête pour le service. J’ai appris à prier avec la parole, à relire ma vie. Spirituellement, il a changé ma façon de faire, d’être. Je suis devenue plus attentionnée sur certains points. À être digne et intègre. À savoir ce que je veux faire de ma vie... Le MEJ m’a permis de dénicher mes talents, mes dons et [de] les développer. Ceci à travers ses sessions de formations.
Notre diocèse n’a pas assez d’encadreurs et de formateurs pour suivre toutes les équipes. Ces sessions [de formation] viennent renforcer ce que l’on vit en équipe. Dans le MEJ, nous vivons en famille : il est important de voir les autres membres de la famille de temps en temps et ceci est plus favorable pendant les sessions. Les sessions de formation sont comme des moments qui éveillent les équipes qui sombrent de temps à autres... Qui s’écartent souvent de la norme.
C’est aussi une façon de prendre les nouvelles des autres, de savoir comment ils vivent le Mouvement. C’est également une sorte d’évaluation pour les équipes. Et, enfin, c’est une nouvelle expérience : il ne s’agira plus seulement de partager ton vécu avec les membres de ton équipe mais aussi avec les Méjistes que tu ne connais pas. À être aux services des personnes, à les écouter et à les aimer.
S’il y’a une chose qui caractérise les Méjistes, c’est leur esprit de sociabilité, d’ouverture et d’écoute. Chaque fois que je suis devant l’Eucharistie, je remercie le Seigneur de s’être penché sur mon chemin au travers de ce Mouvement. C’est dans ce groupe que j’ai compris le sens du chant
« Une route est moins longue aux cotés d’un Méjiste ».

Mes chers frères et sœurs, le MEJ est un supplément d’amour qui embellit la vie. Méjiste un jour, Méjiste à vie.

Laurence N. L... , le 20 novembre 2017

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0