Association de soutien à l’Église catholique en Afrique

Accueil > Votre soutien porte des fruits

Centrafrique. Formation à la cohésion sociale

jeudi 10 août 2017

La Centrafrique se remet en route après des années de violence et du guerre. Mais la situation reste fragile et certaines régions vivent encore dans la peur provoquée par des groupes armés et des milices qui ne vivent que de violence et de vengeance. Les évêques ont à cœur de former les responsables paroissiaux à la tolérance et à la cohésion sociale.

Il y a plusieurs mois, le diocèse de Berbérati, dans le sud-ouest de la Centrafrique, demandait un soutien à Aide aux Églises d’Afrique pour l’organisation d’une session de formation à la paix et à la cohésion sociale de ses agents pastoraux. À cette session, étaient également invités des représentants de communautés chrétiennes non catholiques, ainsi que des représentants de la communauté musulmane.


Mgr Dennis Kofi Agbenyadzi, de la Société des Missionnaires de Lyon et originaire du Ghana, l’actuel évêque du diocèse de Berbérati, évoquait l’importance de cette session : "Face à toutes les formes de violence que connaissent nos fidèles et la population, la formation à la non-violence et à la tolérance est plus qu’impérative."
Le P. Fulbert Poghola, chancelier du diocèse, précisait le projet : "Depuis une décennie, la République centrafricaine traverse une instabilité récurrente qui menace l’unité nationale tant prônée par sa devise.
À partir de novembre 2002, l’appartenance religieuse a été instrumentalisée pour servir de paravent aux causes socio-politiques. Du coup, une guerre fratricide a fragilisé la cohabitation pacifique entre les populations chrétiennes et musulmanes.
Aujourd’hui, pour renaître de ses cendres, le pays doit, entre autres défis, affronter les questions de la réconciliation et de la paix pour cicatriser les plaies. L’absence d’une prise de conscience collective sur la nécessité de vivre avec ses différences socio-culturelles risque de replonger le pays dans la tourmente.
L’Église, dans sa mission de promotrice de la justice et de la paix ne saurait se soustraire à cet impératif.

Pendant les événements qui ont endeuillé le pays, l’Église a joué un rôle historique sans précédent dans l’accueil des sinistrés et le service de la médiation entre les parties en conflit.
Il est nécessaire, aujourd’hui, de former les leaders des communautés religieuses à la culture de la paix et aux mécanismes de la cohabitation pacifique. Ces leaders pourront acquérir, à la lumière de la Parole de Dieu, des outils techniques à cet effet. Ils serviront alors de courroie de transmission des valeurs de la justice, de la paix et de la réconciliation dans leurs milieu respectifs.
"

Aide aux Églises d’Afrique, grâce à votre générosité, a pu a accueillir généreusement cette initiative et la soutenir financièrement.
Nous sommes tous unis par la pensée et par la prière à tous les acteurs de la réconciliation et de la paix en République centrafricaine. Nous avons fait écho des efforts menés conjointement par l’archevêque de Bangui, maintenant le cardinal Dieudonné Nzapalainga, Le pasteur Guerroyer-Gbangou et l’imam Kobine pour appeler les différentes communautés religieuses à la paix.
D’autres acteurs, sans doute moins dans la lumière des flashs et les objectifs des caméras, œuvrent avec la volonté réelle d’apporter la paix et la réconciliation dans le cœur de tous les Centrafricains. Soutenons-les par tous les moyens à notre disposition.

Nous contacter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0